Arthrose: chasser les idées reçues

Femme agée souffrant d'arthrose

Dix millions de Français environ souffrent d’arthrose. Cette maladie de l’articulation, si elle courante, est encore mal connue et beaucoup d’idées fausses circulent sur son compte. Votre proche ou vous-même en souffrez? Avec Jérôme Auger, ostéopathe, kinésithérapeute, co-auteur du Grand Livre de l’Arthrose aux éditions Eyrolles, tâchons d’y voir plus clair.

L’arthrose est une maladie courante et parfois très invalidante. Mais qu’est-elle vraiment ? Comment vivre avec ? Tour d’horizon des 5  idées reçues, les plus fréquemment véhiculées à son sujet.

Idée reçue N°1 : l’arthrose survient fatalement avec l’âge.

Si le risque de développer une arthrose augmente effectivement avec l’âge, il ne s’agit pas d’une fatalité. Chez certaines personnes, comme les sportifs de haut niveau par exemple qui sollicitent beaucoup leurs articulations, l’arthrose peut s’installer très tôt. Au contraire, on peut rencontrer des personnes âgées qui en sont exemptes.

Idée reçue N°2 : L’arthrose, ça fait mal

Pas forcément. Le lien n’est pas direct entre l’usure du cartilage, ou la présence d’ostéophytes (excroissances fabriquées par le tissu osseux pour palier la perte de cartilage) et la douleur. Dans certains cas on voit des patients qui n’ont plus de cartilage et qui ne souffrent pas, dans d’autres, au contraire, des personnes qui n’ont qu’un petite trace d’usure sur la hanche par exemple et sont handicapés à la marche. Comment expliquer ce décalage? Ce qui fait souffrir n’est pas le cartilage abîmé en lui-même car il s’agit d’un tissu qui ne contient pas de nerfs et donc ne peut pas ressentir de douleur. En revanche les tissus avoisinants le sont : l’os, le tissu synovial (qui contient le liquide synovial qui « huile » l’articulation), les muscles, les tendons etc. Ils sont d’autant plus sensibles que la réaction inflammatoire entraînant un gonflement de l’articulation est importante.

Idée reçue N°3 : en cas d’arthrose rien ne vaut le repos

Eh bien non! L’activité physique douce est un bon moyen de lutter contre le raidissement et même les douleurs induites par l’arthrose. Pas question cependant de forcer! Avant de commencer ou de recommencer une pratique régulière, il est important d’en parler avec son médecin ou son kinésithérapeute pour connaître les mouvements adaptés, ceux à proscrire, la durée et l’intensité de l’effort à fournir. Choisissez une activité douce comme la marche, la marche nordique, le vélo, le golf, la natation, le taï chi par exemple, ou contre l’arthrose des doigts  le piano ou la flûte traversière! En revanche, dans certains cas, lors de poussées inflammatoires très douloureuses, une orthèse peut permettre de mettre l’articulation dans une position qui soulage. Mais elle n’a pas vocation à être utilisée en permanence.

Idée reçue N°4: Il n’y a aucun traitement vraiment efficace contre l’arthrose

L’arthrose ne guérit pas, un cartilage endommagé ne se régénère malheureusement pas. Toutefois il existe plusieurs niveaux de prise en charge adaptés au niveau d’avancée de la maladie arthrosique.

  • Les médicaments : trois classes de médicaments peuvent être prescrits à votre proche en fonction de l’intensité de la douleur : le paracétamol, les AINS (Anti inflammatoires non stéroïdiens) et les opiacées.
  • Les gels et crèmes locaux.
  • Les Infiltration de corticoïdes
  • L’injection d’acide hyaluronique dans l’articulation. Il s’agit d’un composant naturel du liquide synovial qui se présente comme du blanc d’œuf, sa viscosité garantit la bonne lubrification de l’articulation.
  • Le lavage articulaire. Pratiqué le plus souvent au niveau du genou, il permet d’évacuer les restes de cartilage qui, en se délitant s’émiette comme de la chair de crabe. Ces tout petits morceaux peuvent provoquer l’inflammation de l’articulation.
  • Le remplacement de l’articulation. La plupart des articulations peuvent être remplacées avec succès par des prothèses dont la durée de vie est d’environ 20 ans.

Toutes ces prises en charges peuvent et doivent s’accompagner de séances de kinésithérapie : rééducation et éducation thérapeutique (pour apprendre à mieux vivre avec son arthrose), musculation, massage, accompagnement au retour à l’activité physique.

Les cures thermales peuvent également donner de bons résultats.

Idée reçue N° 5: Certains aliments nourrissent l’arthrose

Si bon nombre de soi-disant régimes anti arthrose fleurissent sur internet, rien n’est prouvé scientifiquement en ce qui concerne leur efficacité. Aucune étude n’est venue confirmer le rôle des protéines de lait de vache ou du gluten dans l’arthrose. En revanche, les aliments riches en oméga 3 (poissons gras, huiles et graines de lin par exemple) ont une réelle vertu antiinflammatoire. Et quoiqu’il en soit, adopter une alimentation équilibrée permet de limiter la prise de poids (voire d’en perdre) ce qui soulage sans conteste les articulations!