Vivre avec une Maladie inflammatoire Chronique de l’intestin

MICI : femme mal de ventre

On les appelle les MICI et touchent en France, environ 200 000 personnes. Si elles ne représentent pas un risque vital, elles sont en revanche très invalidantes. Voici, quelques pistes pour aider votre proche à mieux faire face au quotidien

On les appelle les MICI et touchent en France, environ 200 000 personnes. Si elles ne représentent pas un risque vital, elles sont en revanche très invalidantes. Voici, quelques pistes pour aider votre proche à mieux faire face au quotidien

1- Manger de tout

Aucun régime alimentaire n’a prouvé son efficacité dans les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin,  ni pour soigner les poussées ni pour les prévenir. En revanche, au cours des crises, votre proche doit éviter des aliments trop riches en fibres (céréales, fruits et légumes) et privilégier les aliments sans résidus : pâtes, riz, pommes de terre, bananes par exemple. Ensuite, en périodes de révision, un suivi par une diététicienne peut être important pour qu’il réapprenne à bien manger, sans appréhension.

2- Des compléments en fer et vitamines B parfois nécessaires

Les maladies inflammatoires de l’intestin peuvent perturber l’absorption de certaines vitamines comme celles du groupe B. Le médecin de votre proche peut donc être amené à lui en prescrire sous forme de compléments alimentaires.

Les diarrhées sanglantes de la rectocolite hémorragique entraînent souvent une carence en fer, il est donc intéressant de prévoir des cures de fer pour éviter l’anémie.

3- Gérer les effets des corticoïdes

Puissants anti inflammatoires, les corticoïdes sont prescrits dans les périodes de poussées de la maladie. Très efficaces, leurs effets secondaires sont bien connus et peuvent être prévenus.

  • La prise de poids. Elle survient après plusieurs semaines de traitements. Votre proche peut essayer de la prévenir en limitant ses apports en graisses et glucides rapides (sucreries, pain blanc, biscuit). Un suivi un nutritionniste ou un diététicien peut l’aider à contrôler son poids.
  • L’ostéoporose. En permanence l’os se remodèle : des cellules sont détruites et d’autres croissent afin de maintenir l’intégrité du squelette. Le cortisol est une hormone qui s’oppose à la création du tissu osseux. Aussi, un traitement au long cours augmente les risques de fragilité osseuse (ostéoporose). Pour prévenir ces risques, votre proche peut augmenter ses apports en calcium (produits laitiers, eaux calciques), prendre régulièrement de la vitamine D qui aide les os à fixer le calcium, mais aussi arrêter le tabac s’il est fumeur (qui augmente lui aussi les risques d’ostéoporose), et pratiquer une activité physique régulière.

4- Eviter l’isolement

L’un des problèmes majeurs des Maladies Inflammatoires Chroniques de l’intestin, c’est l’imprévisibilité : en période de crise, l’envie impérieuse d’aller aux toilettes peut survenir à tout moment et n’importe où. Aussi votre proche peut avoir tendance à refuser de sortir et s’isoler progressivement. Incitez-le pourtant à vivre le plus normalement possible. Au cinéma, au théâtre, il suffit de se placer sur le côté, assez près de la sortie. En ville, n’hésitez pas à repérer les toilettes publiques ou les cafés. Veillez à avoir toujours avec vous des mouchoirs en papiers et un petit flacon de solution hydroalcoolique pour se débrouiller même dans des sanitaires un peu douteux.

Par ailleurs les MICI peuvent avoir un effet néfaste sur la confiance en soi. La fréquentation d’une association, de groupe de parole ou un accompagnement individuel peuvent aider votre proche à mieux vivre avec la maladie.

En savoir plus: 

http://www.afa.asso.fr L’association François Aupetit, s’est donné pour but de Vaincre la maladie de Crohn et la Rectocolite hémorragique. Elle informe également les malades à travers son site et via un service téléphonique MICI Info Service joignable au 0 811 091 623