C'est dur, attention à ne pas craquer !

Stress : femme se massant les tempes

A vous occuper de votre proche dépendant, vous risquez le surmenage. Pour éviter d'en arriver là, voici quelques conseils.

A vous occuper de votre proche dépendant, vous risquez le surmenage. Pour éviter d'en arriver là, voici quelques conseils.

S'engager aux côtés d'un parent dépendant exige bien des qualités humaines, et un dévouement à toute épreuve. Il n'est pas toujours facile de savoir se fixer des limites. Pourtant, il est nécessaire de ne pas « s'oublier » dans la relation d'aide.

Gare au « syndrome de l'épuisement » !

Stress, culpabilité, angoisse, impression de solitude… Ce mélange détonnant d'émotions, si vous n'y prenez pas garde, pourra affecter votre santé. Attention à ne pas vous laisser gagner par le « syndrome de l'épuisement », le fameux « burn out » ! Cet état d'épuisement physique et mental, lorsqu'il survient, risque de conduire à la dépression. Vous vous sentez en permanence triste, sans énergie ? Vous ne parvenez plus à vous concentrer ni à vous reposer ? Vous n'avez plus d'appétit, plus d'envies ? Tournez-vous vers un médecin.

Être entouré

Beaucoup d'aidants veillent à ne jamais craquer devant leur parent et ont tendance à toujours prendre sur eux. Mais pour gérer ses émotions, avoir un espace d'écoute et de soutien est primordial. Vous avez vraisemblablement dans votre entourage une oreille attentive et bienveillante ; n'hésitez pas à lui confier vosangoisses. Peut-être votre confident se sentira-t-il impuissant, mais l'essentiel est que vous vous sachiez écouté, et soutenu.

Parler à un professionnel

Passage à vide, anxiété, sensation de culpabilité… Si ces sentiments s'installent dans la durée, ils peuvent vous conduire à unétat dépressif. N'hésitez pas à consulter un psychologue. Celui-ci saura vous guider dans un travail sur vous-même et sur lesémotions contradictoires qui vous traversent. En parlant de ce que vous éprouvez, de ce que vous vivez, vous apprendrez à les apprivoiser et à mieux les vivre.

Partager son expérience

Sachez en outre qu'il existe des groupes de paroles à destination de ceux qui, comme vous, ont à leur charge un proche en difficulté. Vous y rendre sera une excellente façon de vous sentir à la fois compris et soutenu. Vous apporterez vous-même réconfortet compréhension. Vous apprendrez à prendre du recul et àporter un regard neuf sur votre situation. Attention : les groupes de parole ne sont pas des groupes thérapeutiques, mais des groupes d'expression. Renseignez-vous auprès du CCAS de votre commune ou du CLIC le plus proche de chez vous.

Se faire aider pour souffler

C'est essentiel pour tenir le coup sur la durée. Pour pouvoir souffler, faites appel à votre entourage ou tournez-vous vers desprofessionnels de l'aide à domicile : auxiliaires de vie, aides-soignants, infirmiers. N'attendez pas, pour le faire, d'avoir atteint vos limites. Au contraire, anticipez.

 

En savoir plus: 

Sources

  • Ministère de la Santé et des Solidarités, Le Guide de l'aidant familial, 2007
  • La Maison du cancer