10 marches et il a le souffle court : existe-t-il des solutions ?

Souffle court : couple âgé promenade

Il existe beaucoup de solutions pour préserver, voire augmenter le capital souffle de votre proche. Quelques explications.

Il existe beaucoup de solutions pour préserver, voire augmenter le capital souffle de votre proche. Quelques explications.

La BPCO réduit définitivement la capacité pulmonaire de votre proche. Mais il peut améliorer la qualité de sa respiration et retrouver du souffle grâce à :

L'arrêt du tabac

Arrêter de fumer est décisif : c'est la seule mesure capable de freiner considérablement la progression de la maladie. Tandis que continuer à fumer la fait évoluer plus vite et réduit l'efficacité des médicaments.

L'exercice physique

Pour éviter l'essoufflement, votre proche reste inactif. C'est une réaction dangereuse car sa masse musculaire fond, il perd de l'endurance, est essoufflé de plus en plus facilement : sa maladie progresse plus vite.

Avoir une activité physique régulière (au moins deux heures par semaine) est essentiel pour retrouver souffle et autonomie. Les sports d'endurance sont les plus recommandés : ils musclent les jambes et la cage thoracique sans efforts violents. Ensemble ou en participant aux sorties organisées par les associations de malades, vous pouvez faire de la marche (normale ou nordique)du vélo...

Mais attention, si votre proche reprend une activité physique sans connaître ses limites, il peut se mettre en danger. Faites-vous conseiller par son médecin.

Une bonne alimentation

La BPCO n'impose pas de régime particulier. Une alimentation saine et équilibrée est pourtant indispensable pour éviter :

  • le surpoids : il favorise l'essoufflement et génère d'autres pathologies (diabète, maladies cardiaques...) qui compliquent l'évolution de la maladie.
  • la dénutrition : respirer demande une grande dépense énergétique pas toujours compensée par l'alimentation de votre proche qui maigrit, se fatigue et s'essouffle très vite. De plus, se nourrir est un effort en soi qui peut l'empêcher de s'alimenter suffisamment : faites-lui prendre 5 ou 6 petits repas plutôt que trois gros dans la journée. Les personnes dénutries meurent plus vite de la BPCO.

Mettez en place un suivi hebdomadaire de son poids et si vous constatez que votre proche maigrit ou grossit, parlez-en vite à son médecin.

Les programmes de réhabilitation respiratoire

Votre proche recevra les meilleurs conseils pour retrouver du souffle en réhabilitation respiratoire. Ces programmes se déroulent sur 3 à 6 semaines à domicile, à l'hôpital ou dans des centres spécialisés. Avec des professionnels, il apprendra notamment à se ré-entraîner à l'effort (quatre heures d'exercice par jour) et à accomplir les gestes du quotidien sans s'essouffler. Vous pouvez vous aussi assister à ces programmes. Ils sont pris en charge par la sécurité sociale et les mutuelles et doivent être prescrits par le médecin, n'hésitez pas à lui en faire la demande.

En savoir plus: 

Lien utiles

Sources

  • Alain Murez, Président de la Fédération Française des Associations et Amicales de malades, Insuffisants ou handicapés Respiratoires (AFFAIR), présidents de l'association Ça Manque Pas d'Air.
  • Docteur Anne Prud'Homme, chef de service pneumologie du Centre Hospitalier de Bigorre à Tarbes
  • Connaître, prévenir et mieux prendre en charge la BPCO, Ministère de la Santé et des Solidarités, 2010.
  • BPCO, dyspnée et réhabilitation respiratoire : ce qu'il faut retenir !, Société de pneumologie de langue française (SPLF)